25 Fév 2019

Roland Leroy, un amoureux de la vie

Avec la disparition de Roland Leroy, c’est un très grand dirigeant du Parti communiste qui nous quitte, un homme d’une intelligence politique toujours acérée. Roland Leroy a été un dirigeant communiste de premier plan, un grand directeur de l’Humanité, un responsable du Parti communiste qui a laissé une empreinte durable dans les relations au monde intellectuel et de la culture. L’avoir connu de près est un privilège, car Roland ne laissait personne indifférent. Chaque conversation avec lui était l’occasion d’apprendre et de s’enrichir. Homme d’action, de culture, redoutable débatteur, il ne manquait jamais une occasion de nous rappeler ses racines normandes en Seine-Maritime, où il avait tout appris du combat communiste, comme jeune résistant d’abord puis très vite comme responsable du Parti communiste. Il y forma ensuite des générations de militants. Quand je suis entré à l’Humanité, il en était le directeur. Il fallait le voir distiller avec précision ses directives à la conférence de rédaction. Après avoir quitté ses responsabilités, il suivait toujours d’aussi près l’actualité, celle du monde en particulier dont il était un fin connaisseur. Il a aussi beaucoup profité de la vie dont il était un amoureux. Un amour de la vie qu’il a pleinement partagé avec Danièle, à Clermont l’Hérault, à la Réunion et dans leurs nombreux voyages. C’est à Danièle que vont aujourd’hui toutes mes pensées, elle qui a partagé avec lui tant de bonheur et qui l’a accompagné avec courage et amour jusqu’à ces derniers jours.

Pierre Laurent

 

Pour illustrer cette article, j’ai choisi un souvenir commun, une photographie la carte blanche à Roland Leroy et Jean d’Ormesson au siège du PCF 16 novembre 2012, avec Bernard Lavilliers et Christophe Girard © Julien Jaulin
Partager