15 Déc 2017

Suite à la demande de plusieurs camarades, vous trouverez ci-dessous l’extrait de mon allocution lors de la journée pour la Palestine en novembre dernier, extrait qui concerne la lutte contre l’antisémitisme :

Je voudrais saisir l’occasion qui nous réunit ce soir pour répondre à des injures, des insultes qui se banalisent à notre égard, à travers lesquelles des responsables politiques français, comme ce misérable Meyer Habib, et des responsables du gouvernement israélien, nous accusent, à mots plus ou moins couverts, de soutien au terrorisme et d’antisémitisme pour tenter de disqualifier le combat que nous menons pour une paix juste et durable en Palestine. C’est ignoble.

Je veux donc redire quelques faits essentiels.

D’abord sur la motivation profonde de notre combat, qui n’est autre que le respect des droits du peuple palestinien à vivre en paix, dans un État souverain aux côtés de l’État d’Israël. Ce que l’on nomme « conflit israélo-palestinien » n’est pas un conflit religieux, mais un conflit politique et colonial, aujourd’hui dramatiquement aggravé par la politique de Netanyahu. Les efforts continus de Benjamin Netanyahu et de son gouvernement pour la colonisation montrent qu’ils ont abandonné tout objectif et processus de paix. La colonisation des territoires, amplifiée depuis l’élection de Donald Trump, au mépris du droit international et de toutes les résolutions de l’ONU est pour Netanyahu la principale arme de destruction massive de tout processus de paix visant la construction de deux États, Israël et la Palestine, vivant en paix. Ce qu’il visent, à travers la négation des droits des Palestiniens et à travers leurs visées racistes et destructrices, est un État ségrégué, non plus laïc et démocratique, qui serait une grave impasse pour l’État d’Israël lui-même.
Ce conflit colonial s’enracine dans les décombres d’autres conflits coloniaux plus anciens, hérités des ruines de l’Empire ottoman dépecé par les puissances impérialistes d’alors: britannique, française et états-unienne qui depuis cent ans veulent forger le Proche et Moyen-Orient, ses frontières intérieures, l’organisation sociale de ses peuples, à l’aune de leurs intérêts. Ces puissances impérialistes, et d’autres aujourd’hui, s’appuient depuis toujours pour prolonger leurs intérêts sur des forces nationalistes ou obscurantistes, des puissances régionales émergentes de la région, quitte à les renforcer contre les forces démocratiques de la région.
Le Liban, l’Irak, la Syrie… les peuples kurdes et palestiniens, plus loin l’Afghanistan, en sont aujourd’hui les plus grands perdants, plongés dans des guerres dévastatrices, des années de terreur, de pillages des ressources et d’humiliation.

Notre engagement est donc d’abord celui pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, pour l’émergence d’une solution à deux États souverains, laïcs et démocratiques. Ce combat est d’abord un engagement pour le respect du droit international, des droits humains fondamentaux et pour l’égalité. Notre engagement, à nous communistes, ici en France, est un engagement pour la justice, le droit et la paix.
Ensuite, sur les ignobles accusations d’antisémitisme, je veux redire clairement, que je les ressens comme une insulte personnelle inacceptable, que nous les ressentons comme une insulte et une blessure indignes de l’histoire de notre parti. Les propos tenus par certains personnages politiques en France, et par des dirigeants israéliens qui nous taxent d’antisémites, cherchent en fait à discréditer quiconque s’oppose à la politique coloniale et discriminatoire de Benjamin Netanyahu.

Pour nous, le PCF, l’existence d’Israël n’est évidemment pas en cause. Ce que nous mettons en cause, c’est la non reconnaissance de l’Etat palestinien. Pour nous, la lutte contre l’antisémitisme en France et dans le monde et la solidarité avec la lutte contre l’occupation coloniale des territoires palestiniens ne sont pas des combats contradictoires. Mais un même engagement pour le respect des droits humains fondamentaux.
Comme des générations de communistes qui nous ont précédés, nous sommes de ceux qui refusent de concéder tout terrain à la haine du judaïsme et des juifs dans notre pays. L’antisémitisme est un fléau, un délit, qui peut devenir, l’histoire l’a montré, le moteur d’un indicible crime contre l’humanité. Nous l’avons combattu hier pour libérer notre pays du nazisme hitlérien, nous le combattons aujourd’hui et nous le combattrons demain avec la même détermination.
Depuis des siècles, la haine des Juifs fait des ravages dans notre pays. Mais cette haine trouve face à elle une conception de la nation née en 1791 avec la reconnaissance de la citoyenneté française à tout individu né sur son sol indépendamment de sa religion. Ce droit fondamental a été nié au cours de notre histoire sous Pétain. Nous devons constamment rester mobilisés contre les résurgences de l’antisémitisme qui est au fond le même racisme que celui qui frappe nos concitoyens musulmans.

Au nom de la République laïque que nous défendons, nous combattons et nous combattrons sans relâche ceux qui veulent faire du judaïsme ou de l’islam, l’un et l’autre en réalité, ou de tout autre religion, des soi-disant « corps étrangers ». Toute violence aujourd’hui faite aux croyants, et faite à ceux d’entre nous qui sont juifs, ou à ceux d’entre nous qui sont musulmans, demeure pour nous un affront fait à tous.

Nous refusons toute banalisation de l’antisémitisme, de la haine de l’islam ou de toute croyance, de toute culture ou origine, comme nous refusons de hiérarchiser les racismes, xénophobies, atteintes à la dignité, à la vie, les discriminations dont chacune et chacun d’entre nous peut être la cible.
Nous combattons fermement cette conception monolithique infondée qui classe et hiérarchise les êtres humains, qui reste hermétique aux réalités sociales, aux processus historiques qui font que les cultures se sont forment et se reforment sans cesse au contact les unes des autres. Il y a quelque chose de profondément morbide chez ceux qui croient que la culture n’est que tradition, alors qu’elle n’est qu’invention.

Nombreux dans nos rangs ont été depuis la création du PCF, aux côtés de générations de militants qui ne croyaient pas au ciel, comme disait Aragon, des militants de toutes croyances qui s’engagèrent pour que la France soit une communauté de femmes et d’hommes libres et égaux, pour la justice sociale et contre l’exploitation et les dominations. Pendant la Résistance, c’est d’abord dans nos rangs que, Français, immigrés juifs d’Europe centrale, républicains espagnols, immigrés d’Afrique du Nord et d’ailleurs, elles et ils s’engagèrent pour libérer la France et réinstaurer une démocratie, notre République. L’antiracisme nous a construit, et a construit le meilleur pour la France. Nous sommes fidèles à cette histoire.
L’heure n’est pas à construire des murs qui se retourneront contre tous. On a vu, il y a quelques jours, 60 000 militants d’extrême droite défiler bras tendus en Pologne contre l’islam, contre les migrants, dans ce pays qui a fermé ses portes aux migrants , tandis que des milliers d’entre eux meurent en Méditerranée, croupissent dans des camps en Hongrie où on leur vole leurs maigres biens, ou sont réduits en esclavage en Libye. Ces mêmes 60 000 néo-nazis défileront peut-être à nouveau demain brandissant la haine des juifs comme leurs grands-pères le firent dans les années 1930 et 1940.

Face à ces dangers, nous voulons plus que jamais unir contre le racisme et les respect des droits humains pour tous. Et aucune haine ne nous détournera de ce combat, en France, en Europe, en Israël et en Palestine, comme partout ailleurs dans le monde.

Partager
 
 
14 Déc 2017

14 décembre 2017 –
Question écrite n° 02555

J’ai attiré l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la situation de l’Alliance française à Cuba.

Cuba abrite une Alliance depuis 1883, reconnue officiellement en 1951. Les Alliances françaises de Cuba accueillent chaque année environ 14 000 étudiants […] Lire la suite

 
14 Déc 2017

14 décembre 2017 – Question écrite n° 02556

J’ai attiré l’attention de Mme la ministre de la culture sur la situation de la Compagnie du Désordre.

L’une des singularités est qu’elle est dirigée par un metteur en scène qui est aussi un auteur largement édité et joué. Il a par ailleurs été décoré de l’insigne de chevalier des Arts et […] Lire la suite