#TRAVAIL

Rapport Oxfam sur les inégalités : quand il ruisselle toujours où c’est mouillé !

Il y a 6 mois, le 23 janvier 2020

Par Pierre Laurent

1 % de la population mondiale possède plus que tous les autres, écrivais-je dans un ouvrage récent, « 99 % ». Et cela continue !

GARDONS LE CONTACT

Dans le rapport annuel qu’elle vient de rendre public, Oxfam s’attache à nouveau à calculer les inégalités mondiales pour mieux les dénoncer. Et les chiffres donnent le vertige, confirmant le fossé abyssal entre une minorité d’ultra-riches et le reste de l’humanité. L’étude ajoute que les femmes et les filles sont les premières à payer le prix de ce système économique injuste et défaillant.

Dans ce constat, la France est loin d’être épargnée et s’engage elle aussi sur la voie des inégalités croissantes. Cela mérite de s’attarder sur ces chiffres au moment où le gouvernement persiste à nous faire croire qu’il n’y a pas d’argent à aller chercher pour le système de retraite et pour le système de santé.

Les chiffres que fait paraître Oxfam dans son rapport illustrent à eux-seul l’ampleur des inégalités mondiales. La richesse des 1% les plus riches de la planète est supérieure à celle de 90 % de la population mondiale, soit 6,9 milliards de personnes.

Les milliardaires du monde entier, qui sont aujourd’hui au nombre de 2 153, possèdent plus de richesses que 4,6 milliards de personnes, soit 60% de la population mondiale.

Dans le même temps, près de la moitié de la population mondiale, soit près de 3,8 milliards de personnes, vit toujours avec moins de 5 dollars par jour. Le rythme de réduction de la pauvreté s’est ralenti de moitié depuis 2013.

Toujours dans son rapport, Oxfam met particulièrement en lumière les conséquences de ce système économique sur les femmes et les filles. Dans le monde, les hommes détiennent 50 % de richesses en plus que les femmes !

Et en France donc, me direz vous ? Continuons la lecture du rapport…

Le système social français, basé sur le principe de redistribution, avait jusque-là permis de lutter contre les inégalités et la pauvreté. Mais il est en danger à cause de choix politiques qui réduisent la participation des plus riches à l’effort de solidarité par l’impôt et fragilisent le financement des services publics. La situation s’est aggravée depuis la réforme fiscale de 2017 qui privilégie clairement les intérêts des très riches au détriment des plus précaires.
Résultat : depuis 2018, les inégalités sont reparties à la hausse et la pauvreté aussi.

En France, 7 milliardaires possèdent plus que les 30 % des plus pauvres. Ils étaient 8 l’année dernière. Les 10 % les plus riches possèdent 50 % des richesses du pays.

La France compte 41 milliardaires en 2019. C’est 4 fois plus qu’après la crise financière de 2008 !
Sur ces 41 personnes, plus de la moitié ont hérité de leur fortune.

Les milliardaires français sont ceux qui ont vu leur richesse le plus augmenter l’année dernière, devant les milliardaires américains ou chinois.

Le PDG du groupe Sanofi, grand groupe pharmaceutique français, gagnait en 2018 plus de 343 fois le salaire moyen d’un·e aide-soignant·e.

Depuis 2018, la France compte 400 000 pauvres supplémentaires.

Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, lui, ne connaît pas la misère, même au soleil… Sa richesse est estimée à 117 milliards d’euros !
Et ce n’est pas près de s’arrêter. En 2019, Bernard Arnault a été l’homme d’affaire qui a engrangé le plus de richesse dans le monde.


Il est décidément des rapports et des réalités qui mettent en rage quand on explique qu’il n’y a pas d’argent pour les retraites, les salaires et les services publics.

Qui mettent en rage jusqu’à la nausée quand un journal patronal, qui a pignon sur rue dans les tours de la Défense, nous explique que c’est la CGT, les grévistes et les manifestant·e·s qui ruinent la France…

Chez ces gens là, l’accroissement des dividendes est proportionnel à celui de leur mépris de classe !

Heureusement, la rage fait peu à peu place à la mobilisation lucide et consciente. Celle des femmes et des hommes qui soutiennent et approuvent la lutte contre la réforme Macron des retraites, celle de cette majorité de français·e·s qui, selon un sondage CEVIPOF, pensent que pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres…

Un parfum de nuit du 4 août 1789, qui a aboli les privilèges, reprend force en France ! Les Bastilles du 21e siècle ne sont plus imprenables !

J’écris ces lignes un 21 janvier. Un anniversaire, une annonce des jours qui rallongent, car, comme l’a écrit Aragon, « il n’est point d’hiver qui n’ait finalement cédé au printemps ».

Décidément, « la route ne sera plus du tout la même avec le soleil».

09 JANV. Manifestation contre la réforme des retraites

PARTAGER

Billet d’humeur

Il y a 8 mois, le 26 novembre 2019

Par Pierre Laurent

Nous étions inquiets…

En cette époque où le pays craque, où les personnels de santé ne tolèrent plus l’état de précarité dans lequel vivent leurs établissements…

Où les chômeurs·euses, les précaires, tous les travailleurs menacés de perdre leur emploi, sont attaqués avec une violence inouïe par une réforme de l’indemnisation du chômage qui va jeter des centaines de milliers d’entre eux dans la pauvreté.

GARDONS LE CONTACT

En cette époque où les enseignants, les parents, n’en peuvent plus d’entendre le gouvernement parler de priorité éducative quand ils vivent le contraire au quotidien.

Où les femmes ne voient rien venir en termes de mesures tangibles et de moyens à la hauteur pour éradiquer les violences et les inégalités qu’elle subissent.
En cette époque où les territoires et leurs habitant·e·s, tant des banlieues que des campagnes, souffrent d’abandon, de services publics sacrifiés, de désagrégation du lien social. Où les cheminots tirent la sonnette d’alarme sur la qualité et la sécurité des réseaux et subissent en retour la violence du mépris gouvernemental.

Où les militants de l’urgence climatique ne supportent plus les envolées présidentielles d’un côté et l’inaction gouvernementale de l’autre et, plus encore, la complaisance face aux pratiques destructrices de la course au profit.

En cette époque, enfin, où tous ces gens là vont avoir l’outrecuidance de manifester pour leur retraite et l’avenir de leurs enfants le 5 décembre prochain.

Nous étions inquiets disais-je… Nous dormions mal… hantés par cette angoisse : mais comment se portent nos « premiers de cordée » ?

Et bien, nous voilà rassurés, enfin !!
Le journal Le Parisien s’est chargé de nous apaiser en révélant que, selon le portrait social de la France publié par l’Insee, la suppression de l’ISF et la mise en place de la « Flat Tax » ont été  pour les plus aisés un véritable jackpot.

Et l’étude -je la cite- de nous révéler : « Les personnes les plus aisées sont celles qui bénéficient le plus des mesures socio-fiscales. Ce résultat est principalement du fait des réformes qui concernent les détenteurs de capital ».

Et d’ajouter pour que nous soyions pleinement rassurés : « Ainsi, les mesures socio-fiscales déployées en 2018 font grimper beaucoup plus vite – en valeur – le niveau de vie des 10 % de Français les plus aisés (+ 790 € par an en moyenne) que pour le reste de la population (+ 130 € à + 230 € en moyenne). Et si l’on prend en compte les 5 % de Français les plus riches, l’avantage est encore plus marqué (+1 200 €). Enfin, les plus pauvres sont d’autant plus pénalisés que « la hausse des prélèvements indirects, sur les produits pétroliers et le tabac, en 2018 pénalise l’ensemble de la population, mais davantage les personnes modestes, à comportement de consommation constant ».

Nous ne sommes plus inquiets… mais nous sommes en colère.

En colère contre un président et un gouvernement qui ont fait leur la devise du « Guépard » Changeons tout pour que rien ne change.
En pire : toujours d’avantage d’inégalités, d’injustices, de précarité, de dureté, de violences. Moins de droits, une démocratie en miette !

En colère car il n’est pas acceptable que la gestion des richesses créées échappe ainsi au plus grand nombre dans des proportions de plus en plus tentaculaires.

Nous sommes en colère mais mais déterminés et confiants. Confiants dans la force des peuples, dans leur mobilisation, dans leur capacité à reprendre du pouvoir sur l’argent et à construire une démocratie nouvelle, dans laquelle la vie humaine prendra le pas sur la Bourse !

Nous serons dans la rue le 5 décembre !

Faire du commun, c’est prendre soin de nos anciens

Il y a 11 mois, le 26 août 2019

Par Pierre Laurent

Une des grandes questions de société qui va être à l’ordre du jour des débats et des mobilisations sociales est celle des retraites.

GARDONS LE CONTACT

La pierre angulaire de la réforme Macron des retraites se résume à un chiffre : la limitation des dépenses de retraites à 14 % du PIB en bloquant définitivement le levier de l’augmentation des ressources financières pour répondre aux besoins.

Il faut bien retenir ce chiffre car il en sera beaucoup question au cours des prochains mois. Comment ? En restant au travail plus longtemps, avec des pensions réduites à la retraite. L’arnaque, qui commence à être ressentie comme telle par l’opinion publique, consiste à faire croire que l’âge légal de départ à la retraite n’est pas remis en cause, tout en créant les conditions d’un départ effectif à 63 ou 64 ans. Ils s’agit donc d’un hold-up sur les plus belles années à la retraite, celles en bonne santé. 

Si nous en sommes d’accord, la dénonciation de cette hypocrisie, de cette arnaque, de ce hold-up pourrait être l’un des axes prioritaires de bataille publique.

Je participerai à la journée d’action décidée par les syndicats le 24 septembre prochain.

Nous proposons de mettre la barre haut en parlant d’un enjeu de société et de civilisation en répondant à un triple défi : l’augmentation de la part des plus de 60 ans dans la population, l’allongement de la durée de vie, l’aspiration à une autre vie.

Rien – et surtout pas les évolutions démographiques prévisibles – ne justifie une régression par rapports aux conquêtes sociales : possibilité de partir à la retraite à 60 ans, avec une pension équivalente à 75 % des meilleures salaires de carrière, toutes primes comprises, et indexée sur l’évolution des salaires. Chaque travailleur crée bien plus de richesses qu’en 1945 et en créera encore plus au fil des prochaines décennies. Il s’agit de s’attaquer à tout ce qui mine notre économie : le chômage et la précarité, la domination de la finance, une concurrence internationale effrénée.