#TRANSPORT

RÉFÉRENDUM ADP : un défi à la portée de notre engagement à toutes et tous

Il y a 3 semaines, le 4 septembre 2019

Par Pierre Laurent

La campagne pour obtenir l’organisation d’un référendum sur la privatisation d’ADP va connaître, à la Fête de l’Humanité, un nouveau souffle. Après un lancement réussi, malgré les bâtons dans les roues que le gouvernement a soigneusement mis sur notre route, l’objectif au soir du 15 septembre est clair : atteindre le million de signatures, étape décisive pour obtenir les 4, 7 millions nécessaires pour gagner le référendum.

GARDONS LE CONTACT

La Fête de l’Humanité sera bien le rendez vous de toutes celles et ceux qui refusent la vente, le bradage plutôt, d’un des principaux atouts de la politique de transport aérien. Le rendez vous de toutes celles et ceux qui ,pensent qu’une telle décision ne peut ni ne doit échapper à un véritable débat démocratique.

Ce serait en effet un bout de France qui serait cédé au privé si on laisse faire le gouvernement.

ADP n’est pas n’importe quelle entreprise : numéro un de son secteur, 4,5 milliards de chiffres d’affaires, 173 millions d’euros de dividendes versés à l’état en 2018, 6700 hectares de terrains, 280 millions de passagers annuels, un service public qui réunit le contrôle des frontières, l’aviation civile, les douanes et la sûreté aérienne. Il est impensable de déléguer ces fonctions stratégiques à des actionnaires obnubilés par la rentabilité. L’enjeu est donc tout à la fois démocratique, social, écologique.

La construction d’un terminal 4, le projet Europacity et la construction de la ligne ferrée CDG-Express auront logiquement des impacts sur les terres agricoles, sur le  bruit, l’environnement et l’aménagement du territoire.

Avec le grand lancement de la campagne de signature dans la Fête le vendredi 13 septembre à 18h, au stand du CN, la Fête de l’Humanité sera un grand lieu pour sensibiliser et permettre concrètement et techniquement, sur place, au maximum de participant·e·s d’apporter leur soutien au projet de loi sur le référendum.

Nous allons mettre, comme l’on dit, les petits plats dans les grands ! Le stand national des communistes, celui des parlementaires, ceux des fédérations vont mettre à disposition des moyens informatiques permettant de signer en ligne. Nos militant·e·s seront dans les allées pour débattre, sensibiliser, inviter à la signature.

La Fête cependant commence aujourd’hui ! Sur les marchés, à la porte des entreprises, vignettes de la Fête et tract ADP en main !

Une seule obsession : le million de signatures au soir du 15 septembre.

Nous avons gagné en 2005 la bataille du traité constitutionnel européen, nous gagnerons en 2019-2020 celle sur Aéroports de Paris : la logique est la même, l’ampleur de la question similaire, l’objectif identique : infliger une défaite au rouleau compresseur libéral.

ADP : 713 000 signatures à ce jour récoltées. Continuons !

Il y a 4 semaines, le 26 août 2019

Par Pierre Laurent

La campagne pour obtenir l’organisation d’un référendum sur la privatisation d’ADP doit désormais être relancée. Vous le savez, je suis totalement engagé dans cette campagne.

GARDONS LE CONTACT

Si cela n’est pas encore fait, je vous invite à signer la pétition, à faire signer en masse pour atteindre le seuil de 4,7 millions de signatures que nous devons atteindre le 12 mars pour que le référendum puisse effectivement se tenir.

C’est un enjeu démocratique de tout premier plan. La vente, le bradage plutôt, d’un des principaux atouts de la politique de transport aérien ne peut ni ne doit échapper au débat et à la décision des habitant-e-s de notre pays.

C’est une grande bataille politique, citoyenne, populaire, à mener que nous pouvons gagner selon moi car les gens, les mouvements sociaux et de luttes de ces derniers mois l’ont montré, en ont marre qu’on leur pique leur patrimoine. Et l’occasion leur est fournie d’exprimer le refus de cette privatisation, qui serait la plus grosse jamais réalisée en France. 

Nous considérons en effet que le bien public est tout simplement le patrimoine de ceux qui n’en ont pas, et nous devrions plutôt travailler à rendre ce patrimoine totalement invendable.

Une autoroute, un aéroport, rapportent de l’argent, mais cet argent devrait revenir au bien commun, et être mis au service du peuple.

La perte subie lorsqu’on vend un bien commun est inestimable pour la communauté.

Le train Perpignan-Rungis, un bien commun pour le premier marché de France

Il y a 4 semaines, le

Par Pierre Laurent

Il y a des décisions concrètes qui peuvent être prises pour préserver la planète mais aussi les consommateurs sur l’avenir du train de primeurs Perpignan-Rungis. A l’arrêt jusqu’à la Toussaint, le Perpignan-Rungis doit vivre et repartir le 1 novembre !!

GARDONS LE CONTACT

« Il faut très vite que le train circule, et il ne faut pas qu’il y en ait un [par jour], mais deux ou trois, parce qu’il y a largement de quoi remplir les trains de fruits et légumes vers Paris », a insisté Jean-Luc Gibelin, Vice-Président communiste aux transports de la Région Occitanie.

Abandonner le train des primeurs équivaut à remettre sur nos routes 25 000 camions par an. Un non-sens à l’heure de l’urgence écologique !

Cette décision revient à l’État. Madame la ministre des transports doit prendre ses  responsabilités. Comme je l’ai dit : « pas de chrysanthèmes à la Toussaint pour le Perpignan-Rungis » !

 

La bataille pour les services publics est inséparable de celle pour l’avenir de notre planète.

Il y a 4 semaines, le

Par Pierre Laurent

Nous avons tous notre planète en commun. La jeunesse de notre planète s’est mobilisée et continue de se mobiliser de belle manière sur le sujet : c’est l’avenir de l’humanité qui est en cause. Et là aussi cette bataille est à portée de notre mobilisation ! Nous serons aux manifestations pour sauver le climat et changer le système.

GARDONS LE CONTACT

Je me limiterai à 2 exemples : le premier est la privatisation projetée d’ADP, un sujet que j’ai déjà beaucoup traité sur ce blog.

L’un des grands enjeux, des grands risques d’une telle privatisation touche aussi  à l’environnement : les conséquences dans ce domaine en effet seraient graves, car certainement pas prises en compte par les actionnaires qui ne verront que leur intérêts économiques pour augmenter le niveau de profit et de dividendes, et n’investiront pas sur cet aspect environnemental.

En effet, la construction d’un Terminal 4, le projet Europacity et la construction de la ligne ferrée CDG-EXPRESS auront logiquement un impact sur les terres agricoles, des conséquences sur le  bruit, l’environnement et l’aménagement du territoire.

Autre grand enjeu environnemental, la bataille pour refuser l’accord du CETA.

Les députés de la majorité présidentielle se sont exprimés en faveur du projet de loi de ratification du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), ces mêmes députés qui ont voté le cœur sur la main l’urgence climatique et la nécessité absolue de lutter contre les gaz à effet de serre (projet de loi Énergie-climat).

Mais la bataille contre ce traité mortifère n’est pas terminée, il appartiendra désormais au Sénat de se prononcer cet automne sur ce projet de loi de ratification et de dire non à cet accord qui n’est bon ni pour notre pays ni pour notre planète.

Alors que des épisodes caniculaires sans précédent s’abattent sur notre pays provoquant sécheresse, incendies, mise en danger de nos forêts, érosion de la biodiversité et fonte accélérée de nos glaciers, cela ne les a pas empêché·e·s de voter pour la ratification d’un traité qui, non seulement augmentera notre empreinte carbone, mais constitue un danger sanitaire, agricole et social.

Un traité qui est une atteinte à la souveraineté et la représentation nationale : les multinationales pourront attaquer les politiques publiques des États signataires grâce à un système d’arbitrage privé – le règlement des différends en matière d’investissement — et à la coopération en matière de réglementation : comprendre la promotion du moins-disant social, et environnemental.

Le CETA, malgré les dénégations du gouvernement, ce sera plus de pesticides interdits en Europe, ce sera de la viande aux hormones et antibiotiques nourrie aux farines animales et au maïs OGM. Ce sera la remise en cause du principe de précaution en matière de perturbateurs endocriniens. Ce sera au final plus de cadeaux à Bayer-Monsanto, Syngenta, Dow Chemicals et autres grands groupes multinationaux peu scrupuleux.

Ce sera enfin une menace pour près 50 000 emplois : 30 000 emplois agricoles et près de 20 000 dans la filière agro-industrielle.

Le débat n’est donc pas clos. Le CETA peut encore être repoussé.

Restez informé.e de la bataille du CETA aux Sénats, abonnez-vous à ma newsletter.