#INTERNATIONAL

Mali : sortir de la spirale de la violence et du désastre

Il y a 10 mois, le 4 décembre 2019

Par Pierre Laurent

13 soldats français sont décédés lors d’un crash de deux hélicoptères au Mali. L’hommage national rendu à la mémoire des disparus, le soutien apporté aux familles et aux proches, ne doivent pas masquer le mécontentement sur les opérations militaires françaises lancées au Mali depuis 6 ans.

GARDONS LE CONTACT

Depuis 2013, date de l’expédition militaire Serval au Mali, 38 militaires français ont trouvé la mort dans la région. Des centaines de militaires maliens et de la Mission de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma) ainsi que des milliers de civils ont subi le même sort. Au Burkina Faso, la violence armée a fait des centaines de morts, des milliers de blessés et poussé près d’un demi-million de personnes à prendre la fuite pour trouver refuge ailleurs dans le pays. Aujourd’hui, au Burkina, au Mali et au Niger, plus de cinq millions de personnes dépendent entièrement de l’assistance humanitaire.
Il est plus que temps de faire le point sur l’expédition militaire française dans ce pays depuis 2013, qui a été déclenchée par le pouvoir de François Hollande en dehors du cadre de l’ONU. Le PCF n’a pas cessé depuis le début d’alerter sur le risque d’enlisement de cette opération. Nos craintes se vérifient dangereusement aujourd’hui. La gravité de la situation est telle que des diplomates français comme Nicolas Normand, ancien ambassadeur français au Mali, donnent de la voix pour dénoncer les faux pas de la diplomatie française qui ont fortement contribué au chaos malien actuel. Il est de plus en plus évident aujourd’hui que si l’objectif de l’État français était de se servir du contexte de déstabilisation pour assurer une domination militaire, politique et économique, cette stratégie, déjà douteuse au départ, a provoqué un engrenage dangereux.
Le chaos engendré est tel aujourd’hui que le pouvoir français est de plus en plus dans l’incapacité de le juguler. Ce qui explique sans doute ses appels récurrents pour l’implication d’autres pays dans cette aventure militaire.
Car force est de constater qu’aucune des causes de la déstabilisation du Mali n’a été traitée. Les conflits internes, la violence, l’obscurantisme, les trafics et le banditisme se développent à mesure que grandissent la pauvreté et le désespoir d’une jeunesse frappée par le chômage et le manque de perspectives. Si, en 2013, la violence djihadiste était confinée dans la partie nord du Mali,  elle embrase aujourd’hui tout le pays et touche aussi largement les pays voisins. En 2015 les accords d’Alger n’ont en rien réglé les difficultés car ils ont été conçus à l’extérieur et imposés au Mali. Ces accords prévoient une régionalisation à outrance au risque de la

partition du pays. Cela s’inscrit dans une vieille tradition « évolutionniste » du pouvoir français. Dès les années 1950 il façonne ainsi des oppositions entre les populations nomades et sédentaires du Soudan français en vue de contrer les velléités progressistes qui se faisaient jour à l’époque. Par ailleurs l’intervention au Mali est l’enchaînement logique d’une autre intervention militaire menée, elle, par le pouvoir Sarkozy. Je veux parler de l’intervention de l’OTAN en Libye qui a non seulement déstructuré ce pays mais a eu aussi des répercussions terribles dans tout le continent de par les forces néfastes qu’elle a libérées, dont la circulation d’une très grande quantité d’armes.


Comme en Afghanistan vis-à-vis des troupes américaines apparaît au Mali de plus en plus fortement dans les populations un rejet des troupes françaises provoqué par un constat d’échec par rapport aux objectifs affichés et à leurs ambiguïtés constatées sur le terrain par rapport à certains groupes armés. Ce contexte imprègne également sans doute la sombre affaire de l’assassinat de deux journalistes de RFI à Kidal le 2 novembre 2013 dont l’un des assassins se revendiquant d’AQMI aurait été recruté par les services de renseignements français peu de temps avant.
Même quand il réalise des projets dans le cadre de l’aide au développement, le pouvoir français les mène pour appuyer sa politique militaire comme l’avait reconnu sans vergogne l’actuelle ministre de la Défense auditionnée il y a quelques mois par le Sénat. Elle déclarait en effet ce jour que « Pour se prémunir autant que possible contre le risque de rejet de la présence militaire étrangère, il faut aussi mener des projets de développement » et encore « nous souhaitons articuler de manière plus efficace l’action de Barkhane et les actions de l’Agence française de développement ».

Cette manière de procéder marque le déclin de la puissance française, laquelle pour exister se croit obligée de jouer la carte militaire comme l’avait d’ailleurs admis Laurent Fabius ministre des affaires étrangères au moment de l’intervention française au Mali.
 Face à ce désastre, des solutions existent pourtant. Il faut tout d’abord inverser les priorités. La primauté ne peut plus aller à l’action militaire avec des objectifs non explicites et imprécis en Afrique qui ne peuvent qu’amener à une perpétuation des conflits. Beaucoup d’experts militaires expliquent que dans le cadre actuel la présence militaire française au Mali pourrait durer des décennies. Sans parler du coût pour l’État français, cela aurait pour résultat de fragiliser ce pays face aux appétits des multinationales comme cela est le cas en RDC notamment.

La priorité doit aller au contraire vers le désarmement général de tous les groupes armés et le départ des troupes étrangèresdu Mali et ailleurs. Cette démarche s’inscrirait dans la feuille de route de Lusaka 2016 adoptée par l’Union africaine qui vise d’ici fin 2020 à faire taire les armes sur le continent et contient beaucoup de propositions concrètes pour y parvenir. La primauté doit aussi aller sans doute vers une vraie mobilisation populaire des peuples concernés qui fasse échec aux visées obscurantistes des groupes armés, sans céder aux démons de la vengeance et appuyant des solutions africaines qui ne soient pas des simples paravents d’intérêts exogènes. Cette mobilisation doit appuyer les forces vives de la région, en particulier sa jeunesse, pour un nouvel élan de l’Afrique. Comme l’a rappelé le secrétaire général de l’ONU : « La paix et le développement durable sont intimement liés – l’un ne saurait être réalisé sans l’autre. » Par conséquent la priorité doit aller concomitamment au Mali comme ailleurs en Afrique vers une mobilisation des ressources internes notamment fiscales. La fraude et le dumping fiscal qui bénéficient en premier lieu aux multinationales sont criminels dans des pays pauvres et en guerre. L’aide publique au développement que nous devons apporter au Mali et aux autres pays africains notamment doit impérativement contenir ce volet pour remédier à la situation catastrophique actuelle. Outre d’être utile, cela construirait des convergences nouvelles avec des peuples qui aspirent à un meilleur développement humain.  Il s’agit comme l’avait dit le secrétaire général de l’ONU en 2018 que la « communauté internationale »  soutienne l’Afrique « pour s’assurer que les ressources africaines restent en Afrique pour soutenir le développement du continent. » C’est la condition même pour la mise en place de relations mutuellement avantageuses.
La France, dont les pouvoirs successifs portent une lourde responsabilité dans la situation actuelle, doit dans l’intérêt des peuples concernés, dont le sien, se mobiliser en vue d’atteindre ces objectifs sans tarder.

 

Mali – extraits de l’intervention d’Aminata Traoré

Le 16 novembre 2019, avec Bertrand Badie, nous avons organisé un colloque « Réinventer la politique internationale de la France ».
A cette occasion, Aminata Traoré a pu s’exprimer su la situation que vit son pays.
Voici des extraits de son intervention qui nous interpelle et doit nous interroger sur la position de la France et son intervention au Sahel et au Mali.

Colloque « Réinventer la politique internationale de la France »

Il y a 11 mois, le 8 novembre 2019

Par Pierre Laurent

« Réinventer la politique internationale de la France », voilà l’urgente et passionnante question à laquelle va se consacrer la journée d’étude qui se tiendra le 16 novembre prochain au Palais du Luxembourg.
A l’invitation conjointe de Bertrand Badie, éminent spécialiste des relations internationales, et de moi-même, cette journée d’étude, préparée de longue date par un groupe de travail dont les participants animeront les tables rondes, tombe à pic.

GARDONS LE CONTACT

La crise du leader américain et de la politique de puissance, celle de l’OTAN, le délitement politique de l’Europe des traités néolibéraux, les nouveaux mouvements d’émancipation à travers le monde, et bien d’autres secousses actuelles… appellent la redéfinition du rôle de la France. Nous en sommes loin. La France reste empêtrée entre alignement atlantiste, remilitarisation de son rôle international, repli, faiblesses et ambiguïtés, passant à côté des grands enjeux de la période.

Les trois tables rondes sur l’Europe, la mondialisation et la paix ouvriront ce débat pour une nécessaire réinvention à la hauteur du nouveau monde en construction. En fin de journée, l’ensemble des formations de gauche viendra réagir et dire sa vision. Il est en effet plus que temps qu’un nouveau projet de progrès et de justice s’énonce et s’affirme. Ce ne sera pas le moindre des mérites de la journée que de lancer ce débat devenu indispensable à la redéfinition d’un projet de gauche pour la France.
Rendez-vous donc le 16 novembre pour cette journée, nous l’espérons, marquante !

Adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN. De quoi s’agit-il ?

Il y a 12 mois, le 17 octobre 2019

Par Pierre Laurent

L’adhésion d’un 30e pays à l’OTAN est dangereusement anachronique. Elle torpille toute velléité d’une réflexion indépendante sur un nouveau système de sécurité collective en Europe.

GARDONS LE CONTACT

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Monsieur le rapporteur,
Mes chers collègues,

Pour commencer, je veux remercier le président de la Commission, Christian Cambon, d’avoir demandé l’inscription en séance publique de ce débat sur la ratification de la convention d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN. C’est en effet un sujet d’importance qui mérite de ne pas être expédié sans réflexion.

De quoi s’agit-il ? De sécurité régionale, nous diront les partisans de cette adhésion. Permettez-nous d’en douter. L’adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN est un processus entamé en 1995, quand les Etats-Unis décident de pousser l’intégration dans l’OTAN de tous les pays des Balkans issus de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie et de la guerre qui a ensanglanté la région. En vérité les Etats-Unis décident alors d’entreprendre ce qu’ils appellent encore aujourd’hui l’extension de la ligne de front de l’OTAN vers la Russie. Cela concerne les Balkans, et tous les pays de l’Est de l’Europe jusqu’à l’Ukraine. En 2003, était signé le Pacte USA-Adriatique qui poussait les feux de ce projet et constitue jusqu’à aujourd’hui le motif premier de cette adhésion. C’est ce projet qui marque un nouveau progrès si nous ratifions aujourd’hui cette adhésion. Les motifs ne relèvent donc pas d’abord d’un projet partagé de sécurité régionale, mais bien de l’accélération du processus d’élargissement de l’OTAN vers l’Est de l’Europe sous impulsion américaine.

Il y a presque trois ans, notre chambre débattait de l’adhésion du Monténégro à l’OTAN intervenue en 2017. Cohérent, notre groupe soulignait déjà les dangers de cette militarisation atlantiste de la zone balkanique, qui loin de la placer en meilleure sécurité, en fait au contraire un carrefour stratégique du commerce et du trafic des armes entre l’Europe et les zones de conflit moyen-orientales.

Cette adhésion aura sa contrepartie, exigée des pays membres de l’OTAN : augmenter les dépenses militaires de la Macédoine du Nord à 2 % du PIB du pays, contre 1,35 % aujourd’hui. Les dépenses militaires du Monténégro ont elles déjà grimper de près de 25 % en trois ans de 56 millions d’euros à 71 millions d’euros. Est-ce cela dont ces pays ont un urgent besoin ? Selon l’Organisation internationale du travail, la pauvreté touche 41 % de la population du pays.

Le comble est que cette intégration à l’OTAN ne semble en rien être le prélude à une intégration à l’Union européenne. Les mêmes qui poussent les pays balkaniques à entrer dans l’organisation militaire atlantique sont les premiers à repousser aux calendres grecques l’intégration économique et politique de ces pays. Dès lors, ceux là ne peuvent même pas nous expliquer qu’il s’agit de jetre les bases d’un futur de système de défense européen, puisque la Macédoine du Nord est soignesuement gardée dans l’antichambre de l’Union, une antichambre sans espoir de sortie à court ou moyen terme.

Dès lors, quel est le sens de cette adhésion, qui sonnera comme une victoire pour les Etats-Unis au moment même où les Etats-Unis et leurs alliés turcs, également très actifs dans la région balkanique, viennent de provoquer une crise majeure de l’OTAN, en tournant le dos à leurs alliés européens de la coalition en Syrie et en lançant une offensive condamnée par nous tous contre les Kurdes ?

L’adhésion d’un 30ème pays à l’OTAN est dangereusement anachronique. Elle torpille toute vélléïté d’une réflexion indépendante sur un nouveau système de sécurité collective en Europe. Elle tourne le dos aux autres modèles de coopération nécessaires, affaiblit le rôle de l’ONU au profit d’un système aligné, désuet et dangereusement miné par les contradictions entre ses principaux contributeurs. Nous devrions parler avec la Russie. Cette adhésion fera monter la tension. Comme le rappelle le Président de la République fédérale allemand, « celui qui croit augmenter le niveau de la sécurité avec des parades de chars sur le front Est de l’Alliance se trompe ». Et c’est pourtant l’objectif sans cesse énoncé par le secrétaire général de l’Alliance. Il faut cesser d’urgence la course à la confrontation dans laquelle l’OTAN joue un rôle de premier plan, comme le montre son rôle de plus en plus contestable dans les récentes crises et conflits internationaux. Et tout au contraire relancer d’urgence l’initiative d’une nouvelle conférence pan-européenne sur la sécurité collective du continent.

L’OTAN n’a pas besoin d’un 30ème adhérent, mais d’un débat parlementaire en urgence, dans lequel nous, parlementaires français, prenons le temps d’évaluer le sens de cette Alliance, et notre rôle au sein de son commandement intégré. Arrêtons la machine infernale de l’escalade militaire qui s’est remise en route au plan mondial et pensons d’autres systèmes de sécurité du XXIème siècle avant qu’il ne soit trop tard.

Vous l’aurez compris, nous voterons contre cette ratification et notre vote est un appel à reprendre d’urgence notre destin en main, loin des visées bellicistes dans lesquelles sinon la France et l’Europe risquent d’être toujours plus entraînées.

Circonstances de l’assassinat de deux journalistes en 2013 – Une levée complète du secret-défense est nécessaire

Il y a 12 mois, le 16 octobre 2019

Par Pierre Laurent

J’ai  attiré l’attention de Mme la ministre des armées sur les circonstances de l’assassinat de deux envoyés spéciaux de Radio France internationale (RFI) le 2 novembre 2013 près de Kidal.

GARDONS LE CONTACT

Cet assassinat odieux a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), une organisation terroriste.

Sur la base de nombreux témoignages, nombre d’acteurs et de journalistes interrogent la version officielle du déroulé des opérations françaises menées après l’enlèvement.

Contrairement à celle-ci, ils affirment notamment que les forces spéciales françaises ont poursuivi les ravisseurs. Ils s’interrogent également sur le profil d’un des membres présumés du commando responsable de l’enlèvement suivi de l’assassinat des envoyés spéciaux de RFI. Un document auquel ont eu accès ces journalistes donne à penser que cette personne a pu être recrutée par un service de renseignement français.

Les juges d’instruction en charge de l’affaire ont obtenu la déclassification de centaines de pages d’archives de la direction du renseignement militaire (DRM) et de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) mais dans ces documents des pages et des passages entiers manquent ou sont barrés et donc illisibles. De ce fait ces documents sont pour la plus grande partie inutilisables.

Pour toutes ces raisons, je lui ai demandé ce que l’État compte faire en vue d’une levée complète du secret-défense concernant tous les documents ayant trait à cette affaire et qui permettraient à la justice de faire la lumière sur le déroulé exact de cet assassinat.

Femmes engagées et récompensées !

Il y a 12 mois, le 10 octobre 2019

Par Pierre Laurent

Très fier d’être avec Ernestine Ronai et Hadja Idrissa Bah, qui reçoivent le 1er prix de la délégation des droits des femmes du Sénat pour leurs engagements contre les violences faites aux femmes et pour leurs droits.

GARDONS LE CONTACT

SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE KURDE

Il y a 12 mois, le 9 octobre 2019

Par Pierre Laurent

Après avoir donné son accord à la Turquie de pénétrer dans le nord-est de la Syrie afin de créer une « zone de sécurité », le Président des Etats-Unis semble rétropédaler.
Pour autant, aujourd’hui, des chars et des véhicules blindés se dirigent vers la frontière. Une offensive est imminente.

GARDONS LE CONTACT

Question d’actualité au gouvernement posée par Mme Christine Prunaud pour le groupe CRCE sur la situation du peuple kurde.

Monsieur le Président,
Mes chers collègues,
Monsieur le Ministre des Affaires étrangères,

Pour les Kurdes, cette zone de sécurité équivaut à une zone de péril et de mort certaine.

Etats-Unis ou pas, Erdogan se moque totalement du droit international et s’allie sans vergogne avec des mouvements islamistes contre les kurdes.

Pourquoi se priverait-il ? A chaque nouvelle offensive, aucune sanction réelle de la communauté internationale !

L’abandon programmé des kurdes syriens ne constitue pas seulement une faute morale, mais une faute stratégique.

Rappelons-nous bien, que si l’état islamique n’existe plus aujourd’hui, c’est en grande partie grâce aux combattants et combattantes kurdes.

Faut-il désespérer de l’influence de notre gouvernement dans ce conflit ?

Mais j’attends une protection immédiate de l’ONU de nos amis kurdes, seul symbole d’une future démocratie laïque au Moyen-Orient.

Et il faut des sanctions financières lourdes, un blocus, une mise au ban de la Turquie.

Ne rien faire, c’est le déshonneur pour la France.

Ne rien faire, c’est abandonner la lutte contre le terrorisme islamiste, voire même l’encourager indirectement.

Nous avons malheureusement des exemples…

M. le Ministre, le retour de la paix dans cette région exige maintenant des décisions fortes du gouvernement français et de la communauté internationale. Allez-vous enfin agir.

ENGAGEMENT PARLEMENTAIRE pour le Traité d’interdiction des armes nucléaires

Il y a 1 an, le 27 septembre 2019

Par Pierre Laurent

J’ai signé cet engagement comme d’autres parlementaires et j’invite celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait à s’emparer de ce combat.
Au colloque que nous avons organisé hier à l’Assemblée nationale, avec le PCF – monde, sur la paix et le désarmement nucléaire, Handicap International – Humanity & Inclusion a dévoilé le monument dédié « au civil inconnu », en hommage aux victimes civiles des conflits et pour dénoncer une pratique intolérable : les bombardements en zones peuplées.

GARDONS LE CONTACT

Les parlementaires ont un rôle vital à jouer dans la promotion de la paix et de la sécurité pour un monde sans armes nucléaires. Ils ont joué un rôle majeur dans la réalisation du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Nous demandons maintenant leur aide à travers cet Engagement parlementaire, pour promouvoir ce traité et encourager la signature et la ratification de celui-ci par leur Etat respectif. Cet Engagement est coordonné par la Campagne internationale pour Abolir les armes nucléaires (ICAN),

« Nous, les parlementaires soussignés, accueillons chaleureusement l’adoption du Traité des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires le 7 juillet 2017 comme une étape importante vers la réalisation d’un monde exempt d’armes nucléaires. Nous partageons la profonde préoccupation exprimée dans le préambule face aux conséquences humanitaires catastrophiques qui résulteraient de toute utilisation d’armes nucléaires, et nous reconnaissons le besoin qui en découle d’éliminer ces armes inhumaines et abominables. En tant que parlementaires, nous nous engageons à travailler à la signature et la ratification de ce traité historique par nos Etats respectifs, car nous considérons que l’abolition des armes nucléaires est un bien public mondial de premier ordre et une étape essentielle pour promouvoir la sécurité et le bien-être de tous les peuples. »

Qui peut signer ? Tous les membres actuels d’un parlement national peuvent signer cet Engagement. Il est ouvert à tous les parlementaires de tous les Etats.

Comment rejoindre cet appel : Signez ce document et scannez-le et envoyez-le par e-mail à coordination[at]icanfrance.org

27 SEPT. Marche mondiale pour le Climat

PARTAGER

POUR UN CLIMAT DE PAIX !

Il y a 1 an, le 20 septembre 2019

Par Pierre Laurent

Ce week-end ensemble nous allons marcher, en France, en Europe et dans le monde, pour la Paix et pour le Climat. Ensemble nous allons marcher car nous avons la planète à cœur. Dérèglement climatique, sécheresse, famines, catastrophes naturelles, épuisement des ressources naturelles, notre planète est en danger !

GARDONS LE CONTACT

L’humanité a les capacités intellectuelles et techniques de surmonter tous ces défis. Mais pour cela, le monde a besoin de paix.

Il faut en finir avec les multiples conflits en cours, faire prévaloir une culture de paix dans les relations internationales et dans la vie des sociétés. Il est urgent d’empêcher la relance d’une ruineuse course aux armements et de mettre fin aux armes nucléaires.

La paix aujourd’hui !. Les relations internationales sont soumises comme jamais aux rapports de domination économique et de conquête des marchés, aux chantages, aux menaces militaires et aux sanctions. L’OTAN est mise au service de cette logique d’exploitation et de mise en concurrence entre les peuples.

Faire reculer la guerre, agir pour la coopération entre les peuples et promouvoir un modèle de développement partagé et solidaire en utilisant autrement l’argent gaspillé dans la course aux armements, c’est aussi répondre à l’urgence climatique et écologique.

Les politiques libérales et de libre échange ne sont pas compatibles avec la profonde transformation des modes de production, d’échanges et de consommation qu’appelle l’urgence climatique. C’est également répondre à l’urgence sociale à l’heure où les politiques austéritaires menées en France, en Europe et partout où règne le capitalisme mondialisé, remettent en cause le pouvoir d’achat et les droits acquis en matière de chômage et de retraites, mais aussi les libertés démocratiques à travers le développement de la répression à l’encontre des mouvements sociaux.

Les actions pour la paix, le climat et la justice sociale sont indissociables. Elles sont l’affaire de toutes et tous.

Le 21 septembre, Journée Internationale de la Paix et pour le climat , nous donnera l’occasion d’exprimer nos exigences et nos espoirs. Soyons nombreuses et nombreux à participer aux rassemblements « POUR UN CLIMAT DE PAIX » !