14 Nov 2018

Situation de l’Hôpital Raymond Poincaré à Garches – Attribuer des moyens suffisants pour répondre aux besoins des enfants malades

14 novembre 2018 \ Question écrite n° 07762

J’ai attiré l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’hôpital Raymond Poincaré à Garches dans les Hauts-de-Seine.

Cet hôpital compte un service de pédiatrie de dix lits de réanimation, seize lits en soins continus et soins de réadaptation post-réanimation (SRPR) neurologique et respiratoire pédiatrique, douze lits en neuro-médecine physique et réadaptation (MPR). Le service de SRPR neurologique et respiratoire pédiatrique de cet hôpital est unique en France. Les enfants sont lourdement handicapés, atteints de maladies neuromusculaires (myopathie, myasthénie, maladies orphelines…) ou autres pathologies invalidantes.

Les départs, en retraite notamment, n’y sont pas remplacés. La direction de cet établissement fait régulièrement appel à des intérimaires qui pour la plupart ne connaissent pas les soins spécifiques nécessaires à la prise en soins de ces enfants. Le manque de personnel récurrent empêche une prise en charge sécuritaire et qualitative des enfants, ce qui impacte leurs soins, leur scolarité à l’hôpital, leurs sorties, leurs animations et donc leur vie en globalité lorsqu’ils sont hospitalisés. Les personnels dénoncent également un management autoritaire qui contribue depuis des années à une forte dégradation des conditions de travail.

Face à cette situation les personnels se sont mis massivement en grève. Ils revendiquent des moyens suffisants pour répondre aux besoins des enfants malades et améliorer leurs conditions de travail sur lesquelles ils ont maintes fois attiré l’attention. Ils s’insurgent également contre l’intention de la direction de réduire le nombre de lits pouvant accueillir des enfants dans un état de fragilité extrême.

Une pétition à ce sujet a déjà recueilli de très nombreuses signatures.

Je lui ai demandé ce qu’elle compte faire en vue de donner satisfaction à ces revendications qui répondent aux besoins des membres les plus faibles de notre société.

Partager