08 Août 2017

SÉNATORIALES 2017

Seul le groupe communiste, républicain et citoyen est opposé au gouvernement et porte une voix cohérente et combative, défendant des choix alternatifs aux logiques d’austérité. 

Le 24 septembre prochain, trois mois après l’élection des député-e-s à l’Assemblée nationale, auront lieu les élections sénatoriales. Les sénatrices et les sénateurs seront entièrement renouvelés dans la moitié des départements. La composition du Sénat, seconde chambre du Parlement, va très largement changer. Y aura-t-il dans ce futur Sénat un groupe pour faire face à la volonté présidentielle et gouvernementale d’imposer à marche forcée ses projets libéraux ?

Emmanuel Macron et son gouvernement y trouveront-ils de nouvelles marges de manoeuvre, voire la majorité qualifiée nécessaire pour changer la Constitution sans consulter les Français-e-s par référendum ? C’est l’enjeu de de ces élections. Dans ces conditions, la présence et le renforcement du groupe communiste, républicain et citoyen du Sénat est, pour les forces sociales et démocratiques de notre pays, la question clef de ce scrutin.

En effet, les travaux de la première session parlementaire du quinquennat Macron parlent d’eux mêmes : ce que cherche le pouvoir, c’est un Parlement aux ordres. Au Sénat, que constatons nous?

La droite, LR et centristes, appuie la plupart des intentions gouvernementales. Ils ont voté comme un seul homme la loi d’habilitation des ordonnances pour casser le code du travail. Les deux sénateurs du FN sont aux abonnés absents. Le nouveau groupe En marche !, constitué principalement de transfuges du groupe socialiste, ne fait que chanter les louanges du nouveau pouvoir. Le groupe écologiste a disparu suite à une défection pour En marche !. Le groupe socialiste a été inaudible et incohérent, partagé entre pro et anti-Macron. De nouveaux ralliements à Macron sont à prévoir après les élections.

Seul le groupe communiste, républicain et citoyen a opposé au gouvernement une voix cohérente et combative, défendant des choix alternatifs aux logiques d’austérité. Demain, seul ce groupe, qui pourrait s’élargir à tous ceux qui veulent une opposition claire et porteuse de choix nouveaux, pourra porter une telle voix au Sénat. Sans lui, le Sénat ne sera plus qu’une chambre de négociations entre la droite et le président.

La menace d’un tel scénario existe.

L’évolution du corps électoral (pour l’essentiel les grands électeurs et électrices complémentaires désignés par les conseils municipaux le 30 juin dernier) est plus favorable à la droite. Par ailleurs, beaucoup de grands électeurs et électrices de gauche sont désorienté-e-s par la recomposition politique en cours. 16 des 18 sénatrices et sénateurs de notre groupe sont concerné-e-s par le renouvellement. La présence de notre groupe n’est donc pas acquise d’avance. Mais tout nous indique qu’elle est possible. Et tout doit être fait pour la concrétiser.
Dans les départements concernés, les sénatrices et sénateurs de notre groupe, ou de nouveaux candidat-e-s, sont en campagne pour construire des listes de large rassemblement et parler avec les nombreux élu-e-s locaux, inquiet-e-s des coupes franches annoncées dans les budgets et de la volonté d’Emmanuel Macron de diminuer drastiquement le nombre de communes et d’élu-e-s locaux.

Nos listes, nos candidat-e-s, et demain un groupe renforcé et élargi au Sénat, seront une voix pour les communes qui refusent d’être sacrifiées, une voix pour le progrès social et écologique contre les logiques de l’argent, une voix de la démocratie face aux tendances autoritaires du nouveau pouvoir.
Les organisations du Parti communiste doivent s’engager dans cette campagne en intensifiant la construction, dans tous les départements concernés, des candidatures et des listes de rassemblement qui doivent être définitivement déposées entre les 4 et 8 septembre.

Démultiplions, d’ici le 24 septembre, les contacts individuels avec tous les grands électeurs et électrices appelé-e-s aux urnes, pour atteindre cet objectif si nécessaire à la vie démocratique de notre pays et du Parlement : la présence d’un groupe communiste, républicain et citoyen élargi et renforcé au Sénat pour les six années à venir.

Partager