12 Sep 2017

Question écrite sur les logements étudiants de l’ENS

Un projet en contradiction avec les objectifs officiels concernant le logement étudiant
Suppression de logements étudiants de l’École normale supérieure
Question écrite n° 01225

M. Pierre Laurent attire l’attention de Mme la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur la situation des logements étudiants de l’École normale supérieure (ENS) rue d’Ulm à Paris.

L’ENS possède un parc d’environ 720 chambres. En 2016, la direction de l’ENS a projeté de supprimer 50 logements. Elle projette d’y construire des bureaux à la place. Il est également à noter que c’est depuis 2016 qu’il a été décidé d’ouvrir l’accès à l’ensemble du parc de logement de l’ENS à tous les étudiants non-salariés et que les boursiers étaient rendus prioritaires. Dans ce contexte le projet de suppression ces 50 chambres en très bon état et très demandées par les étudiants, a suscité une forte opposition des élèves et au-delà. Une pétition à ce sujet a recueilli plus de 700 signatures.

Le 11 mai 2017, le Conseil de Paris a demandé la suspension du projet en l’attente d’une médiation. Il a relevé que la direction du logement et de l’habitat (DLH) de la ville de Paris n’a reçu aucune demande de transformation des logements en question et qu’elle n’y aurait pas donné une suite favorable compte tenu du fait que la disparition de logements sans compensations était contraire aux engagements de mandature de l’exécutif parisien.

D’ailleurs ce projet n’est-il pas aussi en contradiction avec l’objectif énoncé à plusieurs reprises par le Gouvernement de construire 60 000 logements étudiants ?

Le Conseil de Paris souhaite quant à lui que ce projet soit stoppé afin que l’agrandissement des espaces de bureaux soit réétudié.

Il lui demande ce qu’elle compte faire face à l’ensemble de ces demandes.

Dans l’immédiat ne serait-il pas nécessaire qu’une médiation s’ouvre avec tous les interlocuteurs concernés, dont la mairie de Paris, ainsi que les représentants des étudiants et des personnels ?

Par Pierre Laurent, Sénateur Communiste de Paris  / 11 septembre 2017

Partager