11 Sep 2017

« Macron doit mobiliser les moyens de l’État pour venir en aide aux sinistrés »

Le gouvernement français a failli aux missions régaliennes qui s’imposaient à lui au lendemain du cyclone Irma, à savoir assurer la paix civile et acheminer vivres, médicaments et tous les équipements d’urgence nécessaires.

Cette faillite tient d’abord aux effets conjugués de l’austérité budgétaire et de la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN. Ainsi, les Antilles ne disposaient comme moyens permanents, afin de réagir face à un ouragan, que de trois hélicoptères, dont un datant des années 60 et un autre des années 70. Pire, quelques mois avant la catastrophe, les Antilles perdaient leur seul avion-cargo – un Transall quarantenaire – et le navire de transport logistique Dumont d’Urville datant de 1983 qui, avec son équipage, était justement dédié aux interventions en cas de cyclone.

Dans le même temps, l’armée française déploie des moyens considérables au service de l’OTAN dans les Pays baltes et en Pologne et entretient une base ultra moderne aux États arabes unis. De plus, depuis 2010 la France ne dispose plus d’aucun hélicoptère lourd de transport pour faire face à des catastrophes naturelles.

Aux conséquences de l’austérité s’est conjuguée une incapacité du gouvernement à agir d’une manière rapide et efficace. Ainsi, dans un 1er temps, un seul avion-cargo A400-M a été dépêché sur place et c’est seulement mardi que le navire-porte-hélicoptères BPC-Tonnerre appareillera de Toulon. Contrairement à son homologue hollandais qui a été à la hauteur de la situation, le gouvernement français s’est plus préoccupé de communiquer que d’agir.

Demain, les moyens de l’État seront mobilisés pour assurer une très médiatique visite d’Emmanuel Macron aux Antilles.

C’est pourquoi le PCF demande à Emmanuel Macron d’arrêter de se focaliser sur sa communication personnelle et de faire enfin le job en s’assurant que le gouvernement mobilise tous les moyens de l’État pour venir en aide aux sinistrés et pour rebâtir Saint-Martin et Saint Barthélémy.

Parti communiste français,
Paris, le 11 septembre 2017

Partager