14 Fév 2018

Ligne Laon-Paris et CDG Express – Les transports du quotidien doivent être protégés

12 février 2018 / Question écrite n° 03300

J’ai attiré l’attention de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur la ligne de transport express régional (TER) Laon-Paris et la liaison Charles-de-Gaulle (CDG) Express.

Actuellement, 6 000 personnes empruntent quotidiennement la ligne Laon-Paris qui donne un accès direct à la capitale. La préfecture des Hauts-de-France a évoqué le 7 décembre 2017, dans le cadre de la mise en œuvre du Grand Paris Express, un possible changement de terminus sur la ligne TER Laon-Paris. Au lieu de la Gare du Nord à Paris, il est envisagé qu’il se situe à la station Le Bourget ou Pleyel-Saint-Denis.

Le CDG Express – dont le syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) estime, en cas de réalisation à 1,5 milliard d’euros le déficit de recettes lié à la perte de ponctualité sur la ligne B du RER, qui transporte chaque jour 900 000 passagers – est à l’origine de ce projet. Si ce dernier se réalisait c’est une fois de plus les transports du quotidien et l’égalité des territoires qui seraient mis à mal.

S’ajoute à cela que les lignes E, H, K et P ainsi que le fret seront également impactés négativement par le CDG Express.

Plutôt que de persister avec obstination à vouloir la réalisation du CDG Express, je lui ai demandé ce qu’elle compte faire en vue de l’abandonner et, parallèlement, donner les moyens d’une forte accélération des investissements notamment pour les lignes de RER, parmi lesquelles figure en particulier la ligne B.

Je lui ai également demandé ce qu’elle compte faire en vue de réaliser des investissements suffisants sur la ligne Laon-Paris qui connaît d’importantes difficultés.

Partager