12 Fév 2018

Circonstances de la mort de Maurice Audin – Les déclarations doivent être suivies d’effets concrets

12 février 2018 / Question écrite n° 03285

J’ai attiré  l’attention de Mme la ministre des armées sur les circonstances de la mort de Maurice Audin.

Dans la nuit du 11 au 12 juin 1957, Maurice Audin, jeune mathématicien membre du parti communiste algérien, était arrêté à Alger par une unité de parachutistes. Il disparaîtra à jamais.

En mars 2014, un appel signé de 171 personnalités a demandé qu’il soit enfin dit la vérité sur cette affaire. Le 18 juin 2014, le président de la République avait publié un communiqué déclarant : « Mais les documents et les témoignages dont nous disposons aujourd’hui sont suffisamment nombreux et concordants pour infirmer la thèse de l’évasion qui avait été avancée à l’époque. M. Audin ne s’est pas évadé. Il est mort durant sa détention. » Pourtant depuis cette déclaration ni ces documents ni ces témoignages ainsi évoqués, pourtant concordants et nombreux selon ce communiqué, n’ont été révélés.

Selon la presse, reprenant une déclaration publique d’un député, le président de la République aurait fait part récemment de son « intime conviction » que Maurice Audin, qui s’engageait pour l’indépendance de l’Algérie, a été « effectivement assassiné par l’armée française ».

L’exigence que l’État français reconnaisse la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin est de plus en plus forte.

Je lui ai demandé quelles mesures elle compte prendre en vue de la satisfaire.

Je lui ai également demandé si, dans ce cadre, il ne serait pas nécessaire notamment de faire tout ce qui est possible en vue de recueillir des témoignages d’acteurs clés encore vivants.

Partager