Australie : « La planète brûle et nous regardons ailleurs » disait Jacques Chirac…

Il y a 10 mois, le 7 janvier 2020

Par Pierre Laurent

Elle brûle, au sens propre, mais nous ne pouvons plus regarder ailleurs.
Nous ne pouvons plus détacher nos yeux des flammes qui ravagent l’Australie, comme de celles qui ont ravagé l’Espagne, le Portugal.

GARDONS LE CONTACT

Nous ne pouvons, ni surtout, ne devons plus les fermer devant un tel désastre humain et écologique, devant une biodiversité partie en fumée, devant ces millions d’animaux victimes de la folie des hommes, et des habitants de cette partie du monde qui souffrent dès aujourd’hui des conséquences catastrophiques sur leur santé.

La folie des hommes ? Non, ce serait trop facile. Parlons plutôt de ces dirigeants sourds et aveugles, de ces grands capitaines de multinationales qui nient l’urgence climatique, au point d’être prêts, pour préserver la finance et les intérêts privés dont les leurs, à faire courir à la planète les plus grands risques.

La planète se consume des choix qui privilégient l’argent, le profit. Elle se consume de l’égoïsme de ceux, Monsieur Macron, que vous nommez « les premiers de cordée ».

Aucun pays, dont le nôtre, n’est à l’abri : fermer des maternités, fragiliser nos retraites et notre système de soins, privatiser des aéroports, intensifier jusqu’à la folie le transport routier au détriment du ferroutage et du transport de passagers, doubler les missions des pompiers à effectif et rémunération égale, menace notre pays et les femmes et les hommes qui y vivent, menace notre environnement, l’air que nous respirons.

Mais l’espoir n’est jamais loin. Il est dans ces millions de personnes qui manifestent, qui, en Australie comme ailleurs, exigent des comptes, ne se résignent pas, refusent que soient considérées comme inéluctables des catastrophes que certains qualifient pudiquement de « naturelles » pour mieux s’exonérer de leur responsabilité.

L’espoir est dans cette nouvelle génération qui, de Tokyo à Paris, de Sydney à l’Amazonie, est dans la rue pour transmettre à nos enfants une planète vivante, habitable et accueillante, riche de sa biodiversité.

L’espoir est dans cette prise de conscience planétaire et citoyenne, qui traverse aujourd’hui les rues de notre pays, en exigeant avec une force grandissante que l’argent aille à l’être humain et à la planète et non aux dividendes de quelques uns, qui lutte pour des services publics de qualité, avec des personnels nombreux et qualifiés, pour que l’allongement de l’espérance de vie soit synonyme d’un temps nouveau, pour soi et pour les autres.

L’espoir pour notre terre « bleue comme une orange » est plus que jamais dans la mobilisation des 99 % dont nous sommes et non dans les 1 % qui accaparent richesses et pouvoir.

Les communistes sont de ce combat là, car, comme d ‘autres, ils savent que « C’est drôle, la route n’est plus du tout la même , avec le soleil »

Les immenses possibles de la pensée humaine

Il y a 2 jours, le 22 octobre 2020

Par Pierre Laurent

Lors de l’hommage national à Samuel Paty, la première intervention prononcée a été, à la demande de la famille et des amis, la lecture de la « Lettre aux instituteurs et institutrices » publiée par Jean Jaurès dans la Dépêche de Toulouse le 15 janvier 1888.

GARDONS LE CONTACT

Cette lettre dit avec force ce que nous sommes en droit d’attendre de la République : faire grandir en chacune et chacun des citoyens de la République les immenses possibles de la pensée humaine, à l’opposé des prisons mortifères dans lesquelles on veut l’enfermer.

Lisez et faites lire cette lettre. Ce sera le plus bel hommage rendu à Samuel Paty et à toutes celles et ceux qui, enseignants ou non, font de l’apprentissage de l’émancipation humaine leur métier, leur passion, leur conviction.

 

Jean Jaurès – Lettre aux instituteurs et institutrices

 

 

Classement en monument historique de la basilique du Sacré-Coeur – Une concession faite aux forces les plus rétrogrades du pays

Il y a 1 semaine, le 16 octobre 2020

Par Pierre Laurent

  J’ai attiré l’attention de Mme Bachelot, ministre de la culture sur le classement en monument historique de la basilique du Sacré Cœur à Paris en 2021. Une résolution adoptée par l’Assemblée nationale en 2016 avait pour objet de rendre justice aux victimes de la répression de la Commune de Paris de 1871. Elle souhaitait […]

GARDONS LE CONTACT

 

J’ai attiré l’attention de Mme Bachelot, ministre de la culture sur le classement en monument historique de la basilique du Sacré Cœur à Paris en 2021.

Une résolution adoptée par l’Assemblée nationale en 2016 avait pour objet de rendre justice aux victimes de la répression de la Commune de Paris de 1871. Elle souhaitait notamment que la République rende honneur et dignité à ces femmes et ces hommes qui ont combattu pour la liberté au prix d’exécutions sommaires et de condamnations iniques ainsi que soient réhabilitées les victimes de la répression de la Commune de Paris.

Le classement comme monument historique du Sacré Cœur, symbole s’il en est de cette répression et du retour au pouvoir des forces les plus réactionnaires, ne peut qu’être perçu comme contradictoire avec cette logique.

Il apparaît aux yeux de beaucoup comme une concession faite aux forces les plus rétrogrades du pays.

C’est pourquoi, je lui ai demandé ce qu’elle compte faire en vue d’une annulation de cette mesure.
Je lui ai demandé également d’agir pour qu’une station du métro parisien soit nommée « Commune de Paris-1871 ».

Situation des parcs naturels dans le monde

Il y a 3 semaines, le 6 octobre 2020

Par Pierre Laurent

La convention sur la diversité biologique (CDB), traité international adopté par une centaine d’États lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, stipulait notamment que les écosystèmes devraient être envisagés comme étant dynamiques plutôt que statiques.

GARDONS LE CONTACT

Selon cette convention la nature serait perçue comme étant façonnée par l’homme plutôt que dégradée par lui. Plutôt que d’en être exclues, les populations devraient être associées à la nature selon ce texte. En 2003 la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ratifié par trente États a, quant à elle, permis par exemple le classement de paysages où l’intervention humaine est importante. Il est à noter que cette philosophie est déjà appliquée en ce qui concerne les parcs naturels par exemple depuis presque cinquante ans dans les pays européens et en Amérique du Nord notamment. Elle a depuis longtemps permis une décriminalisation puis une intégration des populations qui vivent dans les parcs naturels. Ce n’est pas le cas globalement dans les pays issus de ce qu’il est convenu d’appeler le Sud. En contradiction avec les textes précédemment cités dans nombre pays africains, par exemple, l’approche internationale est encore marquée par une vision néo-malthusienne issue notamment de la colonisation et par la négation des dynamiques économiques globales qui sont à l’origine de la crise écologique. Cet état de fait a abouti à des millions d’expulsions et engendre encore aujourd’hui des contextes qui produisent des milliers de départs d’êtres humains, surtout éleveurs et cultivateurs, privés de leurs moyens de subsistance. Selon de nombreuses études ces départs n’ont de volontaires que le nom et ces personnes s’exposent bien souvent à des violences encore plus graves. Dans l’état actuel des choses, les études montrent que dans l’immense majorité des cas, cet état de fait a également pour conséquence l’appauvrissement de ces personnes. Cette situation est d’autant plus dommageable que leurs savoir-faire seraient précieux dans une approche qui s’inscrirait dans la conservation d’écosystèmes dynamiques façonnés par des activités humaines au faible impact écologique, plutôt que dans la prétendue sauvegarde d’un éden naturel préservé de l’Homme, un éden qui n’a jamais existé depuis l’apparition des sociétés humaines sur le continent africain comme sur les autres continents. Au lieu de participer à un renforcement des liens entre membres d’une même nation ce contexte participe à aggraver, voire créer, des tensions et des conflits. Parallèlement des multinationales causent dans ces pays des ravages écologiques à grande échelle. Il lui semble que la France devrait être à l’initiative au niveau de l’Union européenne (UE) et de l’organisation des Nations unies (ONU) pour, dans un premier temps, établir une évaluation détaillée des impacts décrits ci-dessus. Il lui demande également si la France ne devrait pas aux niveaux national, européen et international participer à des mesures visant à remédier à cette situation.

01 OCT. Reprise des travaux au Sénat

PARTAGER

01 OCT. Inauguration de l’exposition « Aux alentours du Congrès de Tours »

PARTAGER

27 SEPT. Elections sénatoriales

PARTAGER

Chargement