25 sept 2014


Intervention militaire en irak – Intervention… par CN-PCF

Extraits

« Les jours que vivent les peuples du Proche-Orient sont effectivement tragiques. Personne ne peut rester indifférent devant ce déferlement de violence et de destruction sur les populations civiles. En plusieurs points de la région, nous avons le devoir de secourir. Mais de quelle manière et avec quelles perspectives? C’est en ces termes que la question se pose en réalité ».

« Les Kurdes résistent, seuls, sans aide internationale, depuis plus de deux ans, à la fois contre les armées de Bachar Al Assad et contre ceux qui se nomment l’ « État islamique » et les groupes djihadistes. En dépit de l’ouverture de quelques postes à la frontière, la Turquie multiplie les obstacles à l’arrivée des réfugiés et poursuit le blocage de l’aide humanitaire, singulièrement celle collectée par les municipalités BDP de Turquie. »

« Après dix ans d’un fiasco généralisé de la « guerre au terrorisme » menée sous l’impulsion des Etats-Unis, nous devons tirer une leçon : tant que la lutte contre les groupes djihadistes ne visera pas les causes de leur implantation, l’objectif ne pourra être atteint ».

« La « lutte contre le terrorisme » a mobilisé 4 000 milliards de dollars depuis ses débuts. Et pour quel résultat ? D’un foyer de djihadistes, nous sommes passés à 14. Alors ayons l’honnêteté d’avouer que ces interventions ont toutes été des désastres supplémentaires enfonçant encore plus les peuples dans l’humiliation et la misère, et renforçant la capacité de ces groupes ».

« La question n’est pas d’agir ou de ne pas agir. Bien entendu, il faut agir. Mais la vraie question est comment et avec qui stopper la barbarie? Il faut s’attaquer aux racines du mal, mettre en cause les États, membres ou alliés de l’OTAN, qui ont soutenu en armes, matériels et hommes les groupes djihadistes quand cela les intéressait. Il faut mettre en cause ceux qui, ces jours-ci, achètent le pétrole tiré des puits dont l’État islamique a pris le contrôle ».

« Alors quels sont les véritables objectifs de guerre ? C’est cela dont il faut débattre. Les États-Unis ont annoncé une opération longue, pour une durée d’au moins trois ans. La France compte-elle s’engager pour la même durée ? Et pour quelles suites ? Nous savons que l’OTAN n’a pas de solution politique, que l’OTAN et sa stratégie dominatrice font même partie du problème. Alors, quelle est la stratégie de la France ? Quelle est sa solution politique à court et long terme? Cette solution politique ne passe-t-elle pas inévitablement par un dialogue avec toutes les puissances et tous les pays de la région? »

 » A ce propos, Monsieur le Ministre, j’ai une question : la France apportera-t-elle un soutien résolu aux nouvelles propositions de règlement politique du conflit que le Président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas va exposer lors de l’Assemblée générale de l’ONU et dont il a parlé ces jours-ci avec le Président de la République? »

« Notre devoir est de soutenir les forces kurdes du PYD et du PKK qui sont aujourd’hui en première ligne. Allez vous laisser le PKK dans la liste des organisations terroristes de l’Union européenne? »

« Allons-nous enfin ouvrir le débat sur les liens étroits que la France entretient avec ces puissances régionales, au sein de l’OTAN comme la Turquie, et avec les monarchies du Golfe comme clients fortunés de nos ventes d’armes. Peut-on encore longtemps fermer les yeux sur cette réalité ? Quel crédit peut-on accorder à ces puissances régionales, qui ont encore récemment soutenu ces groupes, lorsqu’elles disent aujourd’hui vouloir les combattre ? Quel crédit pour la Turquie, membre de la coalition, qui poursuit son double langage en favorisant l’intervention en Syrie de l’État islamique contre les Kurdes syriens ».

« oui il faut aider l’armée irakienne et toutes les troupes kurdes irakiennes et syriennes à combattre les groupes armés »

« S’attaquer aux racines du mal, c’est aussi en finir avec le cadre dans lequel nous multiplions nos interventions, accompagnant la prétention d’un petit nombre d’Etats occidentaux garants autoproclamés de l’ordre international. Il faut cesser de considérer ces régions comme l’arrière-cour des puissances occidentales en recherche de débouchés et de matières premières. »

« il est nécessaire de faire d’autres choix, de mener d’autres politiques, fondées sur le développement, la coopération et la solidarité avec pour objectif l’éradication de la pauvreté, et la sécurité dans tous les domaines : santé, éducation, habitat, emploi et la lutte contre les trafics »

« Il est grand temps de redonner aux Nations unies la place et le rôle qui doivent être les siens dans la prévention des conflits, leur résolution et la mise en œuvre de programmes de développement et de partages des richesses ».

« L’abandon du seul cadre multilatéral reposant sur le droit international et la souveraineté de toutes les Nations de la planète au profit d’un rôle accru de l’OTAN sous l’égide des USA est une des plus grandes erreurs commises depuis la chute du mur de Berlin ».

« La France doit reconstruire sa vision du monde et cesser de s’accrocher au wagon de l’OTAN. Nous appelons de nos vœux l’organisation dans cet hémicycle et à l’Assemblée nationale d’un débat approfondi sur la politique extérieure de la France ».

 

Partager
 
 
23 sept 2014

Je me suis rendu samedi à Bredene sur Mer, une ville néerlandophone dans la partie flamande de la Belgique, où se tenait « Manifiesta », la fête de Solidaire, l’hebdomadaire du Parti des travailleurs belge. J’ai débattu avec Peter Mertens, le Président du PTB est l’auteur d’un best seller qui dénonce le hold up [...] Lire la suite

 
22 sept 2014

Chers amis, chers camarades, mesdames et messieurs,

« Aujourd’hui, l’affirmation de la paix est le plus grand des combats ». Ces mots prononcés par Jean Jaurès en janvier 1914 résonnent en nous avec intensité.

D’abord parce qu’en cette année de Centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale,nous ne rendrons jamais [...] Lire la suite