19 juin 2015

Appel au Président de la République

« La place de la France est aux côtés du peuple grec »

Monsieur le Président de la République,

La crise grecque s’exacerbe de façon alarmante. Chaque jour qui passe peut, soit nous rapprocher d’un accord utile à toute l’Europe, soit d’une rupture dont personne ne peut prévoir les conséquences. L’intransigeance des principaux dirigeants européens peut nous conduire alors au bord de l’abîme. Il est aussi vital que pressant de sortir de ce piège. Le moment est crucial. La responsabilité de chaque acteur concerné est directement engagée. Il serait sordide -et au demeurant parfaitement vain- d’escompter une capitulation du gouvernement grec. La fidélité de celui-ci au mandat que lui a confié son peuple n’est pas un défaut mais un exemple à suivre. S’il refuse la compromission, il s’est, en revanche, montré prêt au compromis. Une solution à la fois digne et réaliste est donc à portée de la main. Le moment ultime est venu pour la concrétiser.

C’est dans ce contexte que nous vous lançons un appel solennel : la France ne peut, dans un tel moment, apparaître inerte sinon suiviste des puissants. Son message ne peut se réduire à un rappel docile des « règles » à respecter quand la maison brûle. D’autant que ces règles sont aujourd’hui massivement récusées par les peuples et reconnues contre-productives par nombre de leurs anciens protagonistes eux-mêmes.

Aujourd’hui, alors que la crise de confiance entre les citoyens et les institutions européennes est à son comble, c’est en se montrant capable d’entendre l’exigence de justice, de dignité et de souveraineté d’un  peuple debout qu’un pays comme le nôtre sert la cause européenne bien comprise. A l’inverse, qui humilie la Grèce obère l’avenir de la construction européenne. Car le refus de l’austérité et l’aspiration démocratique sont aujourd’hui en Europe les attentes les plus partagées.

C’est pourquoi nous attendons de vous, que vous preniez une initiative politique de nature à débloquer les négociations entre l' »Eurogroup » et les autorités grecques. Nous n’évoquerons pas ici les transformations profondes à promouvoir en Europe qui font débat entre nous. L’acte urgent que nous vous demandons d’accomplir est de refuser de participer à la stratégie d’isolement de la Grèce, concernant en particulier le chantage financier et la nature des « réformes » exigées du gouvernement et du Parlement de ce pays. Apportez un soutien explicite aux mesures saines prises par les autorités grecques, telles que celles qui s’attaquent à la crise humanitaire en Grèce, ou qui permettent enfin de lutter contre l’évasion fiscale. Désolidarisez-vous en revanche nettement  des exigences insoutenables de l' »Eurogroup » en matière de dérégulation du marché du travail, de révision du système des retraites ou de privatisations. Acceptez enfin le principe d’une renégociation de la dette grecque, dont une large part est notoirement illégitime.

Cette situation est sans précédent dans l’Union européenne. La France doit prendre la place qui est la sienne dans l’Histoire, celle-ci est aux côtés du peuple grec et de son gouvernement.

Signataires :

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, président du PGE
Dominique Adenot, PCF, président de l’ANECR, maire de Champigny,
Pouria Amirshahi, député PS
François Asensi, député de Seine St Denis GDR, maire de Tremblay en France
Eliane Assassi, Présidente du groupe CRC au Sénat
Isabelle Attard, députée Nouvelle Donne
Clémentine Autain, porte parole d’Ensemble
Marinette Bache, Conseillère de Paris, RetS,
Guillaume Balas, député européen PS
Julien Bayou, porte parole EELV
Martine Billard, Bureau national du PG
Michel Billout, Sénateur CRC
Frédéric Boccara, économiste
Eric Bocquet, Sénateur CRC
Jean-François Bolzinger, syndicaliste
Marie George Buffet, députée GDR
Fanelie Carrey-Conte, députée PS
André Chassaigne, Président du groupe GDR,
Laurence Cohen, Sénatrice CRC
Eric Coquerel, coordinateur général du PG
Catherine Coutard, Vice présidente du MRC
Thomas Coutrot, Mouvement associatif,
Karima Delli, députée europénne EELV
Michèle Demessine, Sénatrice CRC
Bernard Devert, syndicaliste
Jean Pierre Dubois, militant associatif
Marc Dolez, député GDR
Hervé Falciani, lanceur d’alerte
Bastien Faudot, SN et porte-parole du MRC
Jean Pierre Fourré, Vice président honoraire Assemblée nationale, Ret S
Jacqueline Fraysse, Députée GDR
Elisabeth Gauthier, réseau Transform ! Europe
Liem Hoang Ngoc, socialiste affligé
Frédéric Hocquart, conseiller PS de Paris
Nordine Idir, secrétaire général Jeunes communistes
Lucien Jallamion, Secrétaire Général République et Socialisme
Michel Jallamion, Convergences des Services Publics
Eva Joly, députée européenne EELV
Pierre Khalfa, Co-président Fondation Copernic
Pierre Larrouturou, Nouvelle Donne
Jean Luc Laurent, député, maire de Kremlin Bicètre, Président du MRC,
Marie-Noelle Lienemann, Sénatrice PS
Patrick Le Hyaric, député européen GUE-NGL, directeur de l’Humanité
Emmanuel Maurel, député européen PS
Gus Massiah, mouvement social
Jean Luc Mélenchon, député européen GUE-NGL
Alain Obadia, PCF, Président fondation Gabriel Péri
Younous Omarjee, député européen GUE-NGL
Christian Picquet, Gauche Unitaire
Barbara Romagnan, députée PS
Sandrine Rousseau, porte-parole EELV
Anne Sabourin, PCF – Coordinatrice Forum européen des Alternatives
Lydia Samarbakhsh, PCF, responsable International
Nicolas Sansu, député GDR, maire de Vierzon
Laura Slimani, Présidente MJS, présidente jeunes socialistes européens
Aurélie Trouvé, militante associative
Marie-Christine Vergiat, députée européenne GUE-NGL
Francis Wurtz, PCF, député européen honoraire

Partager
 
03 juin 2015

Monsieur le Secrétaire d’État aux anciens combattants et à la mémoire, monsieur Jean Marc Todeschini,
Mesdames, messieurs,
chers amis, chers camarades,

Il y a des jours heureux. Aujourd’hui en est un. Et je rajouterai des soirées. Un grand merci à l’équipe des « Éditions de l’atelier », aux chercheurs, historiens, sous la direction de […] Lire la suite

 
25 mai 2015

Après les Grecs, se sont les Espagnols qui viennent d’exprimer avec force le besoin de changement politique dans leur pays. Les résultats des élections régionales et municipales en Espagne sont un signal pour toute l’Europe. Le PP perd 40 % de ses votes et le PSOE 12,5 %: les politiques d’austérité sont sanctionnées une nouvelle […] Lire la suite