28 Nov 2018

Les Restaurants du Cœur ouvrent leurs portes dans de très nombreuses communes. Avec la campagne pour les Pères Noël verts du Secours Populaire Français, ce sont quelques unes des marques les plus sensibles de l’aggravation des inégalités et de l’extension de la pauvreté dans notre pays.

Avec près de 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 4 millions de mal-logés et 2,5 millions de chômeurs de longue durée, c’est toute une partie du pays qui se sent exclue.

Je tiens à saluer l’action des bénévoles des restos du cœur, comme celle de toutes les associations qui œuvrent à la solidarité concrète envers les plus démuni·e·s. Leur capacité de mobilisation, d’interpellation et d’innovation redonne espoir et chaleur aux plus fragiles.

Elle est nécessaire « au vivre ensemble » et à une cohérence et une solidarité nationales mises à mal par les politiques libérales en cours depuis des décennies.

La situation des plus fragiles s’est aggravée considérablement depuis 2017 avec des décisions gouvernementales qui ont dégradé la situation des ménages pauvres ou modestes (réduction drastique des contrats aidés, réduction des APL, ponction de 1,5 milliards d’euros sur 2 ans sur le budget des offices HLM, augmentation de la CSG pour les petites retraites).

Le refus d’Emmanuel Macron, au moment où la colère populaire sur le prix des carburants et le pouvoir d’achat explose, d’augmenter salaires et pensions est une provocation supplémentaire.

Avec les syndicats, les associations de précaires et chômeurs, les associations qui luttent concrètement contre les effets de la pauvreté, nous exigeons une augmentation dès le 1er janvier 2019 du SMIC et des minimas sociaux, ainsi que le rétablissement de l’ISF. Il est temps de lutter toutes et tous ensemble pour l’éradication de la pauvreté et en faire une grande cause nationale. C’est urgent !

Pierre Laurent
Sénateur de Paris

 

Partager